Plus de 3 mois!

Et oui, cela fait plus de 3 mois que nous sommes partis et je ne sais plus combien de temps que je n’ai pas écrit un article !

Je publie régulièrement sur notre page facebook et depuis quelques temps je me suis mise à Instagram mais je n’ai malheureusement pas assez de temps pour partager ce que j’aurais envie.

Vous vous demandez peut-être où nous sommes et où nous avons été depuis la Thaïlande, même si vous avez quelques indices avec les articles écrits par Mael et Théo ?

Nous sommes arrivés à Bali le 28 Août, nous y avons passé 30 jours comme nous l’autorisait notre visa. Je vous raconterais Bali dans un article à part.

Nous pensions depuis le début passer au moins 2 mois voire plus à Bali, donc nous avons cherché une destination à faire avant de revenir. Nous avons opté pour une « vraie destination » et pas juste un aller-retour à la journée en Visa Run.

J’en profite pour glisser une astuce pour les voyageurs.

Pour pas mal de pays dont la France, le visa de 30 jours est gratuit (VOA 30 jours). Ce Visa ne peut être renouvelé une fois à Bali.

Il existe aussi un Visa que l’on peut demander avant le départ car on ne peut le demander que depuis son pays, qui autorise un séjour de 60 jours pour 50€ par personne. Nous ne l’avions pas demandé car 1) nous ne connaissions pas du tout nos dates 2) nous ne sommes pas très bien organisés 😊

Un 3ème solution existe qui consiste à payer 35USD par personne pour un Visa à l’arrivée, et de demander une extension de 30 jours avant les 30 premiers jours. Cette extension se fait le plus souvent via un agent qui permet de ne pas faire 3 allers-retours à Denpasar (demande, emprunte, et récupération du Visa), qui coûte entre 30 et 40€ quel que soit le nombre de personne dans la famille. A ce coût s’ajoute les frais du bureau d’immigration qui sont environ de 35€ per personne. Donc le coût total pour une famille de 5 comme nous pour 2 mois à Bali serait d’environ 350€.

Or, il est possible de faire autant de VOA gratuits de 30 jours (à condition bien sûr de sortir de l’Indonésie tous les 30 jours).

Avec les compagnies aériennes low cost comme AirAsia ou Jetstar, il est possible de faire des allers-retours (dans la même journée ou pas) à Kuala-Lumpur ou Singapour pour pas très cher (je viens de faire une recherche et je trouve des vols AR pour nous 5 pour Singapour à 210€). Cela permet d’économiser un peu 😊.

Revenons donc à nous.

Nous sommes donc partis de Bali avec 5 billets aller-retour pour Siem Reap, puisque nous étions déjà aller à Singapour, Kuala-Lumpur ou encore Bangkok, les destinations les plus simples et sans escales depuis Bali. Sven et moi sommes déjà allé au Cambodge il y a une 10aine d’années mais Mael est assez fan des temples et ses yeux pétillaient quand il voyait les photos d’Angkor Wat. Nous nous sommes dit qu’il n’aurait pas l’occasion d’y retourner avant une 15aine d’années et que ça aurait sûrement énormément changé.

Je ferais aussi un article plus détaillé sur notre passage à Siem Reap.

Nous adorons cette ville et nous aurions voulu y passer beaucoup plus longtemps, mais nous avons notre billet retour pour Bali… C’est une ville très sympa pour une famille de digital nomades comme nous. La vie n’est pas chère. Les locaux sont très sympas. Il y a pas mal d’expat qui ont une mentalité proche de la nôtre. Il y a plein d’endroits sympas, des activités pour toute la famille, une relativement bonne connexion Internet. Nous mettons cette ville dans notre liste où nous envisageons de nous poser 6 mois avant notre retour 😊

Comment nous sentons-nous après 3 mois de voyages :

Certains ont ressenti ma fatigue lors de mon dernier article sur la Thaïlande. Effectivement, ce pays m’avait beaucoup fatigué. Nous cherchions où aller, ce n’était pas la bonne saison dans les endroits où nous voulions aller, je ne trouvais pas ce que je voulais. C’était extrêmement frustrant. Et puis nous avions pas mal de choses à gérer pour notre maison, et Bangkok m’avait beaucoup fatigué. Cela s’est aussi ressenti sur notre mois à Bali pendant lequel j’ai passé aussi énormément de temps à chercher des logements à des prix intéressants et dans notre budget. Il existe beaucoup de logements sympas et pas chers pour des couples ou des familles avec 1 enfant mais peu, ou trop cher pour des familles de 5 comme nous. Où alors les prix deviennent intéressants si on loue au mois. Mais comment savoir que l’on a envie de passer 1 mois quelque part sans connaitre à l’avance ?

J’ai donc passé un mois pas très stable concernant les décisions et l’organisation (ceux qui me connaissent bien savent que je suis une grande indécise et que je suis capable de me faire des nœuds au cerveau pour pas grand-chose). J’ai toujours envie du meilleur et je suis une grande perfectionniste. J’avais donc envie de me reposer mais aussi de profiter à fond ; envie de temps pour moi mais j’étais incapable de me motiver à me bouger quand j’en avais l’occasion (ou du moins pas assez, car j’ai eu quand même quelques moments pour moi). Envie de découvrir tout Bali, et de voir tout ce que j’avais vu depuis 6 mois sur les réseaux sociaux ou le net en général mais je n’arrivais pas à bien m’organiser. J’ai passé des heures et des heures à chercher des logements, des chauffeurs, des éventuels centres de loisirs ou école pour les enfants, à négocier, à questionner …

Mais aussi, j’ai passé un mois superbe, découvrant cette culture incroyable, touchante. Les balinais ont su garder leurs traditions et c’est ce qui m’a le plus touché. Les paysages sont magnifiques ! Et tout ça m’a permis d’énormément relativiser et de positiver.

J’ai adoré Bali et je suis contente d’y retourner. Et nous avons fait de très chouettes rencontres :

  • 2 familles Québequoises (qui ne se connaissaient pas non plus) avec qui nous avons passé quelques belles soirées. Un des garçons avait l’âge de Mael, et ils ont pu passer quelques belles après-midis ensemble. Tout étant parti d’un post sur facebook où je proposais un livre que Mael avait lu. C’est d’ailleurs génial de savoir que nos affaires voyagent comme ça et ont plusieurs vies au 4 coins du monde.
  • et 1 famille Française qui nous ressemble dans leur projet : parti un peu sans trop d’organisation, digital nomades (tous les 2), avec une fille de 11 ans. On continue énormément à partager avec cette famille car nous avons le même genre d’organisation, les mêmes genres de doutes, les mêmes genres de soucis et ça nous fait beaucoup de bien de partager. Et en plus, on est quasiment sûr de les revoir car la sœur de Delphine, la maman, habite à Mouans-Sartoux et son fils l’âge de Théo.

Sven a légèrement revu son emploi du temps. Le projet sur lequel il travaille avait besoin de support les week-ends et il se retrouvait à bosser tous les jours (avec le stress que cela pouvait engendrer). Comme nous n’avons pas besoin de suivre un calendrier avec un week-end de pause le samedi et dimanche, il travaille ces jours-là et prend 2 jours dans la semaine. Depuis, l’équilibre est revenu.

Et les enfants dans tout ça ?

Mael avait régulièrement du mal à se mettre au travail et je commençais à me poser pas mal de questions. Et puis, j’ai vu que je n’étais pas la seule à « galérer », j’ai partagé avec d’autres mamans dans le même cas (entre autres merci Delphine 😊), et avec d’autres qui gèrent super bien, ainsi qu’avec une maman d’un copain de classe de Mael. Et 1) je suis arrivée à motiver Mael en changeant/adaptant un peu mes méthodes et à le persuader, 2) je me suis déculpabilisée en prenant conscience qu’on n’avançait pas trop mal.

Il a toujours cette soif de découverte et profite à fond ! Il pose des tonnes de questions pertinentes, observe les us et coutumes surtout des enfants. C’est génial de l’observer. Il est beaucoup plus à l’aise et gagne en confiance en lui, ce qui est génial car c’est l’objectif que je m’étais un peu fixé pour lui. Donc, aucun problème pour lui et je sais que cette expérience lui sera très favorable.

Théo, fidèle à lui-même, fonce toujours. Il se marre beaucoup et assimile aussi tout ce qu’il voit. Je découvre d’ailleurs en lui une attention au détail assez impressionnante. Il voit tout ! Côté éduction, on se cantonne pas mal à ce qu’on peut vivre au quotidien (ce qui est énorme), mais je passe aussi du temps à lui apprendre les lettres, les chiffres, des chansons de temps en temps. Il fait pas mal de coloriages et je lui fais faire aussi quelques exercices plus scolaires. Un de mes objectifs est de mieux me renseigner sur les méthodes Montessori et de voir ce que je peux ajouter de facile dans le quotidien. Je galère de temps en temps à lui faire retenir des choses qui me paraissent extrêmement simple et que Mael savait bien avant lui, comme par exemple compter jusqu’à 10 ! Mais il m’épate sur d’autres choses comme son vocabulaire, son altruisme, son partage, son envie de bien faire et ses réflexions. Il gère de mieux en mieux ses émotions. Donc le résultat est plutôt pas mal.

Agathe, quant à elle, accentue ces derniers temps son caractère déjà bien corsé. Elle profite énormément de ces mois en famille. Elle ne perd jamais l’occasion de faire le clown et de se faire remarquer. Elle n’est pas du tout solitaire (malheureusement :p) et elle réclame beaucoup d’attention. Elle demande aussi beaucoup à être portée lors de nos ballades (alors qu’elle marchait beaucoup avant le départ). Nous sommes toujours obligés de trouver des stratagèmes pour gagner quelques mètres… et j’avoue que c’est assez fatiguant. Pour elle, je sais au fond de moi que cette expérience restera à jamais gravée en elle d’une certaine façon (des odeurs, des mots, le goût de l’aventure peut-être ?), même si elle ne souviendra pas de cette aventure, et je sais qu’à cet âge, ce qui est important est de gagner en confiance (confiance en soi, aux autres …) mais je trouve qu’elle stagne voire elle régresse pour certaines choses. D’accord, c’est aussi souvent parce que je n’ai pas assez le temps ou la patience de lui faire faire des activités, comme pouvait le faire notre super nounou qui lui avait déjà appris tant de choses ! Elle est souvent avec son doudou et son pouce, chouine souvent, probablement à cause de la fatigue. C’est aussi une petite sauvage qui ne se laisse sacrément pas faire avec ses frères ! Donc, parfois je me pose des questions si ce voyage n’est pas trop épuisant pour elle, mais je sais au fond de moi qu’il est de toute façon positif.

Tous jouent beaucoup ensemble, surtout au lego (leur activité préférée). Ils construisent toute sorte de choses avec une poignée de lego, et je suis impressionnée par la diversité de ce qu’ils peuvent construire avec si peu. Ils se font des histoires de malades et Mael qui parlait rarement quand il jouait invente tout un tas de chose (il faut dire que Théo est une pipelette comme on en voit rarement).


Mael apprend des jeux à Théo ; Théo apprend des jeux à Agathe.

Bon, je vous rassure, comme toutes les fratries, surtout à 3, ils se chamaillent aussi pas mal !

Sven m’avait dit que j’avais emporté beaucoup de jeux, et je culpabilisais un peu pour nos dos mais nous avons vu d’autres familles avec 3 fois plus de jeux ! Et là je culpabilise presque dans l’autre sens 😊

Un petit point de ce qu’il leur manque :

– je pense des livres ; Ils passaient énormément de temps à lire à la maison, et les livres font parti des choses lourdes que nous n’avons pas pris. Je sens que ça leur manque et d’ailleurs je ne voudrais pas qu’il perde cet appétit pour les livres. Nous échangeons ou donnons et rachetons des livres pour Mael, mais pas facile d’en trouver en Français. Ça a un côté sympa car nous faisons voyager nos livres. Nous avions échangé à Bali un livre contre un venant du Canada et nous sommes en train de d’échanger ce dernier à Siem-Reap.

– leur maison, principalement pour Théo qui en parle quand même souvent (on savait à l’avance que 4 ans est l’âge des repaires et que c’est pour lui que ça serait le plus difficile) ; mais je pense aussi pour Agathe, plutôt pour la stabilité, même si je n’en suis même pas sûre.

– leur copains et l’école : pour Mael et pour Théo, qui parle énormément de partager ci ou ça avec ses copains de classe, ou qui parle aussi beaucoup de sa maitresse de l’année dernière, qui pour lui est restée sa maitresse même cette année ; il se croit toujours en vacances scolaires (comme les petites vacances) et pense retrouver sa classe au retour de vacances. Clin d’œil pour toi Mélanie, on parle beaucoup de toi !

– et Théo me dit à l’instant car je leur pose la question : la maison, les jouets et le jardin.

Ce qui m’épate pour les 3 : leur capacité d’adaptation !! On change de logements tous les 7 à 10 jours et à chaque fois ils s’adaptent très facilement. Ils appellent le logement tout de suite « la maison ». On trouve souvent à s’arranger pour les couchages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ils s’adaptent assez bien à la nourriture locale mais on avoue qu’ils ont régulièrement de la Western Food dans leur assiettes (sandwich, burgers, frites…). Théo a un très bon contact et va très facilement vers les autres enfants. C’est vraiment chouette !

Bilan, on est toujours super heureux de notre expérience et on compte encore bien en profiter.

A bientôt pour un nouvel article

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s