Notre retour d’expérience sur Bali

Nous sommes en Australie depuis quelques jours, il est temps de vous partager notre retour d’expérience sur Bali.

Il est vrai que j’ai peu écrit sur le blog sur Bali, ou bien le peu que j’ai partagé était via notre page Facebook.

Nous sommes arrivés fin Aout et sommes repartis fin Novembre, mais sur cette période, nous avons passé 12 jours à Siem Reap.

Nous avons visité une bonne partie de l’île, en passant au moins une semaine à chaque endroit.

Cette carte montre à peu près tous les endroits où nous nous sommes arrêtés et que nous avons visités (merci google maps/trajets pour qui nous n’avons pas de secret !).

bali-map.png

Petite aparté

Tout d’abord, je tiens à préciser que suite aux gros tremblements de terre de cet été à Lombok, très fortement ressentis à Bali, j’étais beaucoup moins motivée pour venir qu’avant notre départ de France.

Le 1er mois s’est passé sans encombre et m’a fait oublier complètement le risque de séismes. De retour après le Cambodge, dès la 2ème ou 3ème nuit, nous avons eu un tremblement de terre, assez important pour que ça me réveille. J’avoue que je ne me suis pas sentie super bien. A partir de ce moment, nous avons fait un sac de secours à prendre en urgence. La nuit, à chaque fois que je sentais le lit bouger, je me concentrais pour savoir si c’était Sven ou la terre qui bougeait. J’ai continué à faire le sac de secours quelques temps, puis j’ai laissé tomber. Mon stress était assez élevé quand nous étions à Amed, car nous étions presque au pied du volcan et il montrait des signes d’activité plus importante que les mois précédents (d’ailleurs, il fume un peu en ce moment). Alors, entre le risque de séisme, le risque de tsunami et le volcan, je n’étais pas hyper zen. J’avoue avoir été soulagée quand on est parti de l’autre côté de l’île. Et depuis qu’on est parti de Bali, je ne me pose plus la question de tremblement de terre. Nous avions vécu un 2ème tremblement de terre lorsque nous étions à Nusa Penida. En pleine nuit aussi, qui nous a bien réveillé. Mais rien de très inquiétant.

Idées préconçues vs vraie découverte

Je suis contente d’avoir passé autant de temps ici, car cela nous a permis de faire vraiment connaissance avec l’île, ses habitants, ses traditions et ne pas s’arrêter à des aprioris, des retours vus sur les blogs ou autres retours biaisés.

J’avais fait le constat (erroné pour certains points) au cours des 1ères semaines que les Balinais avaient à peu près tous le même niveau de vie au travers l’île, qu’ils étaient à fond dans leurs traditions et portaient encore beaucoup et partout les habits traditionnels, qu’il y avait une bonne égalité homme-femme, les hommes s’occupant aussi des enfants et les femmes travaillant dans le BTP (c’est-à-dire les constructions de routes principalement).

Mais au fil des rencontres, des discutions, des visites et des lieux où nous nous sommes arrêtés, j’ai compris que ce n’était pas le cas.

Les Balinais n’ont pas du tout le même niveau de vie selon les régions :

  • À Amed à l’Est, la population a l’air plutôt modeste, et la vie tourne pas mal autour de la pêche et du tourisme de type backpakers et plongeurs ;
  • Ubud au centre, tourne autour des traditions, de la culture du riz et du tourisme bobo, babacool, yoga et digital nomades ;
  • On trouve de gros entrepôts, une ville et vie plus développée, du tourisme principalement hollandais ainsi que beaucoup de retraité Hollandais à Lovina au nord ;
  • Semyniak, Canggu, Kuta, au nord de l’aéroport, sont les villes qui ne vivent pratiquement que du tourisme ; on y trouve peu de locaux par rapport au reste de l’île et même les Indonésiens qui y tiennent des affaires viennent de Java ou d’autres îles du pays ;
  • Bukit, la partie Sud de l’île abritent une population aisée (Balinais ou autre Indonésiens), vêtue comme les occidentaux, des expat (plutôt businessman) aisés et un tourisme familial aisé qui vient ici plutôt en mode all-inclusive dans les Club-Med et compagnie (Nusa-Dua). On y a aussi croisé beaucoup de touristes Indonésiens sur les plages du Sud.

Les touristes occidentaux que l’on a rencontrés passent en général plus de temps à Ubud, Canggu, et Amed et ajoutent quelques visites à droite à gauche. Nous, nous avons pris le temps de prendre la température dans chaque partie de l’île.

Je pensais au début que les Balinais ne faisaient pas du tout attention à leurs déchets et qu’il n’y avait que les expat qui créaient des associations de luttes contre les déchets ou le plastique, tel que Refill my bottle, Peduli Alam ou Trash Hero ; mais j’ai découvert que beaucoup sont conscients de l’énorme problème de cette île et de la planète et font leur possible pour lutter contre cette pollution. Nous avons vu certains Balinais en engueuler d’autres qui jetaient des sacs poubelle à la mer, ou encore certains monter des associations (ONG ou pas) pour éduquer la population et récupérer les déchets, comme Bank Sampah Kaliber, qui achètent les déchets aux habitants et les sensibilisent sur le problème mondial de cette pollution. Certaines écoles locales sensibilisent aussi les enfants, comme Window to the world, en organisant des ramassages sur les plages par exemple.

Nous avons nous-même ramasser quelques 10aines de kilos de déchets, lors de nos ballades dans la nature ou sur la plage, pratiquement à chaque sortie plage (c’est d’ailleurs très simple puisqu’il y a toujours des sacs plastique sur la plage pour ramasser 😊).

Concernant l’idée que je m’étais faite de l’égalité homme-femme, qui me paraissait excellente, c’était encore une erreur : suite à quelques discussions avec des expat mariées avec des locaux, j’ai compris qu’on voyait beaucoup de femmes dans la rue porter de lourdes charges de sable ou briques sur leur tête car c’est un travail difficile ! Et apparemment, à Bali, ce sont les femmes qui doivent faire ce travail. On voit aussi régulièrement des hommes avec des bébés, mais encore une fois, paraît-il que les hommes ne s’occupent pas du tout des enfants, et que s’ils sont avec les bébés, c’est parce que les mamans bossent. Ensuite, ce sont les aînés ou les enfants des voisins qui s’occupent des « plus grands ». Les hommes seraient majoritairement accro aux jeux engendrant de l’argent, comme les combats de coqs où ils jouent des sommes astronomiques. Il y a toujours des exceptions, comme partout, les hommes que nous avons rencontrés n’avaient pas l’air comme ça.

Concernant la tolérance, la religion étant l’hindouisme, et les Balinais étant très croyants, ils ont l’air toujours de tout accepter et sourient tout le temps. Mais c’est aussi parce qu’il ne faut surtout pas être mauvais. Les Balinais croient en la réincarnation et une personne mauvaise peut être réincarnée en démon. D’ailleurs, tout ce qui est considéré comme impur ne peut rentrer dans un temple (pour ne pas y faire entre de démons), c’est-à-dire : les femmes qui ont leurs règles, les femmes venant d’accoucher (je ne me souviens plus du nombre de semaines après la naissance, mais ça m’avait paru long), les bébés qui n’ont pas encore de dents, les handicapés (oui oui, vous avez bien lu…), mais aussi il faut obligatoirement se vêtir d’un sarong et d’une ceinture (qui sépare le bien -le haut, du mal – le bas).

Ce que j’ai vraiment aimé et qui m’a épaté dans ce peuple est qu’ils ont su garder leurs traditions, les mêmes depuis des décennies. Plusieurs fois par jour, ils disposent des offrandes à divers endroits, avec un peu d’encens et de fleurs, tout en récitant une prière avec des rituels très précis (jusqu’à se vêtir d’un sarong au-dessus de leurs habits et s’attacher les cheveux pour les femmes, pour disposer les offrandes). Et il n’y a pas un endroit à Bali où cette tradition s’est perdue. Il y a des offrandes partout dans les rues, devant chaque boutique ou maison (attention à ne pas marcher dedans), pour empêcher les démons de rentrer, ils en mettent aussi en l’air dans des petits hôtels, celles-là sont pour leur dieux. J’ai adoré l’odeur d’encens qui nous réveillaient le matin où que l’on sent partout au fil de la journée.

On voit partout des femmes (souvent en groupes et en train de rigoler) préparer les offrandes. Pour la petite anecdote, nous avons passé quelques jours à Keliki chez l’habitant, et nous avions aidé notre hôte à la confection des offrandes. Elle en faisait 70 tous les jours !!!! Ça occupe !

Il y a aussi des cérémonies, plus ou moins importantes, tous les jours ! Saviez-vous que les jeunes hommes et femmes, au moment de la puberté, se faisaient limer les dents (explications en photos ici) ? Ils font aussi des crémations en groupes pour réduire les frais de prêtre qui sont apparemment exorbitant. Et puis, il y a les cérémonies de pleine lune, de bénédiction des véhicules ou encore pour l’éducation. Les enfants aussi ont droit à leurs cérémonies à 3 mois, puis à 6 mois, etc… les mariages durent 1 semaine et il y a plusieurs cérémonies auxquelles doivent assister les mariés.

Ces cérémonies sont parfois très impressionnantes tant il y a de monde et de préparation, et très belles à voir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai aussi vraiment adoré la bonne humeur des Balinais. Ils sont toujours en train de rigoler entre eux et ne se prennent vraiment pas la tête. On a l’impression qu’ils se fichent du moindre jugement puisque de toute façon ils n’ont pas l’air de juger les autres.

Qu’avons-nous fait pendant ces 2,5 mois ?

Prendre notre temps, visiter des temples, des palais, faire des balades dans des rizières, la nature, aller voir de magnifiques cascades, nous baigner (beaucoup !), faire du snorkeling, faire des rencontres, goûter de nouvelles choses, manger au resto ; mais aussi travailler, faire des devoirs, occuper les enfants, jouer, faire des courses, faire à manger, la vaisselle, réserver des logements (1 par semaine depuis 5 mois !), chercher des endroits à visiter et des activités…

Nos endroits préférées à Bali :

  • Nous avons vraiment adoré la quiétude de Sideman et s’il y a un endroit où j’aurais envie de revenir, c’est ici. Nous avions en plus loué une super petite maison, avec une vue sur la nature et le Mont Agung. Se lever avec cette vue et ce calme, dans cette superbe petite maison, prendre le petit dej sur notre terrasse, c’était juste magique. Tous les petits Warung (petit restaurant local) aux alentours étaient très bien, et c’est l’endroit où nous avons mangé le plus de Dadar Gulung, des crêpes à la noix de coco délicieuses. Nos hôtes étaient supers, et j’ai adoré partager avec eux. Nous avons d’ailleurs fait une grande balade de 3h avec l’un d’eux que nous recommandons vraiment, tant il nous a appris. (Il faut aller directement à la Guest house pour organiser la balade)
  • Munduk a été aussi un coup de cœur, d’autant plus qu’il fait plus frais car plus au centre et plus en altitude que le reste de Bali, et nous y avons été après Lovina où nous avions vraiment très chaud. C’est un peu comme Sideman pour le côté nature et rizières en terrasses, avec plus de montagnes et donc beaucoup de cascades. Nous avons bien crapahuté. Nous sommes aussi allés voir le temple Pura Ulun Danu Bratan qui est une des images emblématiques de Bali, et le jardin botanique de Bali, dans lequel nous nous sommes fait un petit plaisir et nous avons fait de l’accrobranche. J’ai adoré regarder les balinais et autres indonésiens qui venait passer le week-end dans cet immense parc en famille (au sens large car ils étaient souvent très nombreux), et qui s’amusaient comme des gamins : épreuves rigolotes entre eux, jeux en tout genre. Un vrai plaisir. Une pensée pour Isa et Christophe, vous avez de la concurrence en termes d’épreuves ! :p
  • Les plages entre Séminyak et Canggu le soir au moment du couché de soleil. Malheureusement, les restaurants sont tellement chers (comparé au reste de Bali) que ça gâche un peu le plaisir.
  • Pour Mael et Sven : Amed, pour le snorkeling, les magnifiques poissons et la vie tranquille

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les visites et activités que nous avons préférées:

  • Les 2 palais sur l’eau Tirta gangga et Ujung Water Palace
  • Le mont Batur et les eaux chaudes thermales du lac Batur (Batur natural hot spring)
  • Bains chauds à côté de Lovina : Air Panas Banjar Hot Spring
  • La récolte du sel à Kabupaten
  • Les rizières (certaines étant vraiment superbes et surtout pas du tout touristiques, comme à Sideman)
  • Notre expérience à Nusa Penida
  • La vue du Mont Agung depuis Amed
  • Le jardin botanique
  • Faire du cerf-volant avec les locaux, ainsi que le son que font ces cerfs-volants géants
  • Faire du vélo avec Mael à Sanur
  • Assister à un mariage Anglo-Balinais avec Théo
  • Le spectacle de danse balinaise (Kecak) à Uluwatu
  • Voir les locaux en habits traditionnels défiler pour les cérémonies
  • Les fruits du dragon !
  • Le snorkeling
  • L’art (mobilier et architectural mais aussi des costumes traditionnels) balinais
  • Certaines de nos rencontres (clin d’œil à Delphine)
  • S’essayer au surf
  • Voir les enfants passer leur temps à explorer et jouer la faune, surtout les insectes
  • Faire du scooter en famille à 5 sur 2 scooters 😊 et surtout faire des petits tours en solo
  • La capacité d’adaptation des enfants

    Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un restaurant qui sort du lot (bien qu’il y en ait des tonnes): Green Kubu au Nord de Ubud, un restaurant aux prix normaux avec une configuration sympathique et surtout une vue superbe, dans les rizières.

Nos maisons préférées : un peu toutes et nos adresses sont en bas de page. A savoir, notre budget logement a été de 38€ en moyenne par nuit. Nous avons pu négocier ou avoir des réductions en restant une semaine ou parfois en contactant les loueurs et leur demandant une réduction.

Ce que nous aurions aimé faire :

  • La monkey forest au sud d’Ubud à la place de celle qui est dans la ville d’Ubud, dans laquelle les singes avaient l’air quand même agressifs (c’est le pire souvenir de Mael)
  • Visiter le parc national à l’Ouest de Bali
  • Monter sur un des volcans de nuit pour admirer le lever du soleil
  • Aller sur les autres îles comme Java

Ce qui va nous manquer :

  • Les douches intérieurs/extérieurs
  • Les superbes maisons avec des pièces de vie à l’extérieur
  • Le parfum du linge ! Quand le linge est lavé à « la laundry », il est toujours parfumé. Qu’est-ce que c’est agréable !
  • Les jus de fruits frais pour 1€
  • Le cri des geckos
  • Les fleurs et le parfum des fleurs de frangipaniers

Toutes ses listes ne sont clairement pas exhaustives, ce sont les choses qui me viennent à l’esprit.

Une petite conclusion en quelques mots :

Nous avons apprécié nos 2,5 mois à Bali et nous reviendrons très certainement visiter le reste de l’Indonésie !

Nos lieux d’habitation qui sortent du lot

N’oublie pas de passer par mes petits liens de parrainage pour que nous ayons des avantages des 2 côtés :

www.airbnb.fr/r/katya379 ; https://www.booking.com/s/12_6/03f98a56

Sanur, très bien placé, nous avons loué des vélos pour nous déplacer : https://www.airbnb.fr/rooms/10075709

Canggu: Sejoli villas, juste magnifique !! nous avions eu de la chance, ils venaient de rouvrir après un rachat et les prix étaient cassés https://www.airbnb.fr/rooms/28317628 , https://www.airbnb.fr/users/179277421/listings

Sidemen: ce logement est définitivement notre préféré. Hyper calme, plein de warungs dans la rue, une vue magnifique. Et nous avons eu une nuit offerte pour les 7 nuits que nous y avons passées http://www.booking.com/Share-6qR4TR

Seminyak, petite maison familiale avec plein de jeux et de livres Français ! https://www.airbnb.fr/rooms/4664768

Lovina: Grande maison idéale pour passer une semaine en attendant le renouvellement des visas, demandé depuis Singaraja https://www.airbnb.fr/rooms/16988774

Bukkit: les 2 logements que nous avons réservés étaient magnifiques. Pas grand-chose autour mais facile de se déplacer pour pas cher avec Grab https://www.airbnb.fr/rooms/29475950

Vous bénéficiez de 10% si vous réservez ce logement en spécifiant que vous venez de notre part :

https://www.airbnb.fr/rooms/23191064

Munduk, joli guesthouse, bien placé, belle vue: http://www.booking.com/Share-oWnbIg